Gamikaze
Flux RSS Facebook Page Twitter Page Youtube Page Gamikaze

Test : Onimusha : Warlords

Jaquette

18 ans et plus Violence


Sortie : 15 Janvier 2019

Développeur : Capcom
Editeur : Capcom

Type : Action/Aventure

Support : Blu-Ray

Rares sont les joueurs actuels qui connaissent la saga Onimusha qui a tout de même marqué pas mal de joueurs en son temps sur Playstation 2. Si une trilogie à vu le jour à l'époque, ce n'est pourtant qu'Onimusha : Warlords (premier opus de la série) qui profite d'un remake HD. Reste à savoir si le titre n'a pas trop vieilli et a profité d'une mise à niveau convaincante !

Image
Le titre est toujours aussi nerveux
Pour ceux qui n'auraient jamais entendus parler de la licence, il me parait importante de refaire un petit topo qui permettra de mieux comprendre l'univers particulier du titre. Celui-ci se situe à mi-chemin entre Resident Evil et Devil May Cry, rien d'étonnant à ce que les développeurs soient Capcom du coup ! En effet, initialement, Onimusha : Warlords devait sortir sur Playstation 1 et aurait dû ressembler à la célèbre jeux de zombie mais le projet n'a pas abouti, ce qui a permis au des développeurs de approfondir pour le ressortir sur PS2. Le jeu prend place au moment d'une bataille entre deux clans qui se nomme Saito et Oda. Ces derniers sont dirigés par un seigneur de guerre du nom de Nobunaga Oda qui, malheureusement va périr au courant de la bataille. Cela n'empêchera pourtant pas à la princesse Yuki, de la famille Saito, d'être kidnappé. N'oublions pas non plus la légion de démons qui a envahi le château de d'Inabayama, ce qui ne facilitera pas le sauvetage.. Je vous laisse bien sûr imaginer la suite qui vous prendra quelques heures (5 pour ma part) pour en venir à bout. Le reproche d'être court lui avait déjà été fait à l'époque, cette fois-ci on lui reproche moins, celui-ci n'étant vendu qu'à 19€99. C'est avec beaucoup de nostalgie que l'on parcourt Onimusha : Warlords, surtout qu’heureusement la narration ainsi que l'ambiance n'ont rien perdus au fil des années. C'est avec beaucoup de plaisir que l'on retourne explorer les niveaux inspirés directement du Japon Féodal en compagnie de notre héro, le samouraï Samanosuke Akechi. Si le tout peut paraître un peu kitch (démons, Japon Féodal et mise en scène un peu vieillotte) cela ne m'a pas empêché d'être à nouveau plongé dans l'histoire. Soyons honnêtes, la bande-son n'y ai pas pour rien, principalement car celle-ci était déjà très bonne à l'époque et a profité au passage un nouvel enregistrement pour l'occasion, de quoi satisfaire tous les fans !
Image
Oui..les couloirs sont étroits !
Au niveau du gameplay, on redécouvre les décors pré-calculés, les angles de caméras fixe, les herbes pour se soigner, la mise en scène, les énigmes.. Tout nous fait penser qu'on joue à un épisode hors série de Resident Evil. Autant être franc, l'ensemble à tout de même pas mal vieilli, notamment au niveau de la maniabilité qui est rudimentaires (la fautes aux angles de vue fixes qui nous oblige à faire de nombreux allers-retour pour trouver les objets nécessaires à la progression. Les énigmes ne sont plus toutes jeunes non plus puisque dans l'ensemble il vous faudra activer des leviers, trouver les clés et autres mécanismes nécessaires à votre avancé. Au niveau des combats, si ce n'est clairement pas ce qu'on a connu de plus complet, il n'empêche que le titre arrive tout de même à être nerveux et intense grâce aux coups de katana dévastateurs ainsi qu'aux différentes lames mises à sa disposition (feu, foudre, vent). Il est agréable que les sticks soient maintenant jouables (ce n'était pas le cas à l'époque). De plus, il est possible d'effectuer des mises à mort ou encore d'utiliser les contres ou la garde pour rendre les affrontements un peu plus techniques. Pour le reste, le jeu était déjà assez simple de base mais les développeurs ont choisis de proposer comme bonus de ce remake un mode facile qui est disponible dès le départ pour on va se le dire une promenade de santé. Graphiquement le titre profite maintenant déjà d'une prise en charge du 16:9 (contre 4:3) à l'écran, cependant nous vous conseillons tout de même de rester en 4:3, l'image étirée étant clairement moins agréable à l’œil qu’en format réduit. Pour le reste, grâce aux décors pré-calculés, l'univers n'est pas désagréable à regarder grâce à upscal de qualité, tout comme les cinématiques qui malgré une modélisation à l'ancienne restent crédibles. Dommage en revanche qu'il ne soit pas possible de les zapper et qu'on soit donc obligés de les regarder jusqu'à la fin ! Autre et dernière nouveauté, le choix des langues (dont le français) ainsi qu'un doublage japonais.
Image Image Image Image Image

Notes

Gameplay

12 / 20
Si le titre est très facile à prendre en main avec en prime des sensations de jeu assez agréables dès le début, il est difficile de faire abstraction de certains points. Difficile de se réhabituer aux angles de caméras fixe et aux décors pré-calculés qui ont clairement mal vieillis (nous obligeants à faire de nombreux allers-retours) tout comme les mécaniques et énigmes d'un autre temps. Heureusement que malgré le maigre panel de coups, les affrontements sont assez sympas.

Graphismes

15 / 20
L'avantage des décors pré-calculés c'est que malgré les années, ceux-ci restent assez jolis à regarder, et il n'est pas rare d'être surpris par la qualité de certains environnements. D'autant plus que le jeu tourne en 1080P et en 60 FPS. Alors certes, on remarque rapidement qu'il s'agit d'un vieux ancien, mais on remarque l'effort fourni. Les menus ont eux aussi profité d'un lifting qui devrait plaire à ceux ayant joués à la version originale.

Bande son

17 / 20
Si celle-ci était déjà très bonne de base, on apprécie énormément que l'OST ait été entièrement réenregistrée ! Elle joue clairement un rôle très important en ce qui concerne l'immersion dans l'univers du jeu. Les bruitages sont eux aussi de très bonnes qualités, notamment lors des combats ! De plus on rappel la présence des voix anglaises et japonaises qui sont disponibles avec des sous-titres français.

Durée de vie

12 / 20
Si c'était déjà un problème à l'époque avec une durée de vie d'un peu près 5 heures, on regrette qu'aucun contenu propre à cette édition ne soit proposé. Ce n'est pas la présence d'un mode facile ou d'une liste de succès qui changeront cette impression. Si le titre n'est proposé qu'à 19€99, on ne comprends pas pourquoi Capcom n'a pas décidé de proposer directement une trilogie (la saga ne comptant que 3 opus).

Conclusion

13 / 20
Onimusha : Warlords accuse le poids des années et ça malgré l'effort de Capcom d'avoir remis au gout du jour le titre avec un affichage HD en 16:9 ainsi qu'une bande son entièrement réenregistrée. Le problème vient donc surtout du gameplay daté qui risque de repousser les joueurs actuels. On regrette également le manque de contenu, proposer la trilogie en remake aurait été un véritable plus. Néanmoins le titre est vendu à 19€99, de quoi attirer un nouveau public en plus d'être une bonne occasion pour les fans de l'époque d'y rejouer.

Ecrit par SpaceMonkey le 18/01/2019 à 10h06

Avatar Pery Teddy teddy.pery@gamikaze.com Biographie : Étant un amateur de culture (livres, films mais surtout de jeux vidéo) depuis mon enfance, j'essaie de partager ma passion pour l'univers vidéoludique à travers Gamikaze (et ouai, c'est moi le webmaster). étant ouvert à la plupart des genres, j'ai quand même une grosse préférence pour les jeux d'actions : FPS, TPS, aventures etc.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire